mardi 8 août 2017

Myrtilles dans la brume


Un peu de montagne pour vous faire digérer toute cette laine ? Avant de retrouver nos pelotes, ce petit intermède brumeux vous est offert par le massif du Taillefer !
 

Au soleil comme sous la pluie, la nature est toujours généreuse pour l’œil du photographe même le plus amateur ...


A 1646 mètres d'altitude, les alpages du lac du Poursollet font le régal d'un troupeau de vaches des plus placides.



Tu veux ma photo ?


En montant, on ne voit pas grand chose, mais ces délicieux rubis fruités n'échapperont pas au radar des gourmands...


Le vent et les nuages jouent avec les reliefs, mais ne nous laisseront guère entrevoir les sommets.


Arrivée sur le plateau : les tourbières du lac Fourchu nous accueillent dans une ambiance de landes écossaises.


On en perd vite ses compagnons de marche !


Un bout du Fourchu ? Pas moins de 4 lacs étaient au programme du jour, mais devant le brouillard persistant nous avons préféré écourter la balade.


Il faut dire que quelques gourmandises nous attendaient à la descente...



Un nouvel essai culinaire transformé, de quoi recharger les batteries (recette à venir),


et devant tant de beauté, les batteries de l'appareil photo ont bien été sollicitées aussi !


Les boîtes, de myrtilles et de framboises, se remplissent ; au fur et à mesure de la descente, le ciel se dégage.

Les sommets gardent encore le nez dans leur écharpe de brume,


mais les épilobes des moraines reprennent des couleurs.


Au loin les belles blondes se dorent la pilule au soleil,


il est temps de suivre le chemin du retour.


Non sans s'égarer encore un peu dans les sous-bois,


et se régaler des vues sur le lac du Poursollet enfin dévoilé,


qui me transportent tantôt en Norvège, tantôt au Canada.


Bientôt 18h et les sommets commencent à apparaître. Aucun regret cependant, l'atmosphère du jour nous a fait voyager bien au-delà des frontières du Taillefer et trois petits pots de confiture enchanteront nos tartines pendant plusieurs mois :-)

lundi 31 juillet 2017

Le lot et la Laine (et les chats, et les tracteurs)


Allez, on dépoussière les étagères et on revient faire un petit coucou sur le blog ! 

C'est que je me devais, après m'être tant extasiée de l'ambiance du festival du tricot de Rhinebeck, NY, de faire le compte-rendu de son cousin bien franchouillard : le Lot et la Laine.


Direction le Lot, donc, et plus précisément Sauliac sur Célé. 6 heures de route avec une joyeuse bande de tricoteuses grenobloises, ça met dans l'ambiance !

On installe les tentes à Cabrerets dans un mini-camping tout choupinou. Et matez-moi ce combi !


Le Célé, pas des plus invitants après quelques jours de grosses pluies,


Au loin ça file déjà, et ça met dans l'ambiance !


Là où les crocheteuses passent, pousse un jardin !


Pour ma part, dernière ligne droite d'un boléro Petit Artichaut pour une mini-miss.


Puis j'ai découvert les bébés-chats du camping...





Hum, revenons à nos moutons...


Samedi matin, 10h, on fait la queue, et c'est parti !


10h10 premier achat chez Lisa de Squirrel's Yarn, un trésor de gentillesse et des écheveaux tous plus beaux les uns que les autres !


Le Jard'Incroyable se remplit !


De la laine à foison, mais aussi de jolies créations, comme ce nid en feutre.


Le tissage est à la mode ! Ici en cercle.


Celui-ci est bien inoffensif,


Quoi que !



Les stars du weekend, un peu écrasées par la chaleur et les flashs des paparazzi.


Encore un petit craquage...


Tissage plus traditionnel,


la grosse maille aussi à la côte !



Le sac se remplit et le portefeuille se vide,


Mais quel engrais fait donc pousser de telles merveilles ?

(à suivre !)