mercredi 10 septembre 2014

Pointe du Vallonnet - Pilier Sud

Non, ceci n'est pas la Pointe du Vallonnet, mais c'est juste trop beau ! (l'Olan au coucher du soleil)

Les billets vont sans doute se faire un peu plus rares, la faute à un emploi du temps bouleversé en cette rentrée 2014 (à suivre...), mais j'ai encore à vous montrer ! Retour dans les Écrins pour de l'alpi (what else) au départ du Désert en Valjouffrey


C'est tout ce que vous verrez de la marche d'approche... On a expédié les 3h30 annoncés en 2h15, la faute au véritable déluge qui nous est tombé dessus !

Direction le refuge de Font Turbat, tenu par la très sympathique Sandrine, qui aura ce soir-là accueilli et régalé ses deux seuls visiteurs avec brio. Et un dortoir pour nous tous seuls, quel luxe !


Les nuages mettent du temps à disparaitre, mais les rayons du soleil couchant jouant à cache-cache avec la brume nous offrent un spectacle magique.


Et l'Olan majestueux se pare de mille-feux.



Et même si c'est malpoli, impossible de ne pas quitter la table 10 fois pendant le repas pour immortaliser ces couleurs.


Le lendemain, les nuages sont toujours là, mais nous on va au dessus !



Notre objectif est rapidement en vue, mais une longue remontée dans des éboulis nous attend...


La terre gelée forme des filaments de glace qui croustillent sous nos pieds, et nous on attend impatiemment le soleil !


Il n'est pas loin,


et le timing est parfait, nous voilà au pied du Pilier Sud !


La face est chauffée "à point", c'est parti pour ma première course côtée D !


Le rocher est bon, avec quelques passages bien raides,


Dont une arrivée plein gaz avant un "sympathique" surplomb...


Ça passe ! Un grand merci à Sylvain pour les encouragements ;-)


On se régale de la vue,


Oui, la vue est vraiment géniale (vengeance :-P)


Et la course se termine par un parcours d'arête, on est bien contents de pouvoir enlever les chaussons d'escalade !



Et Maurice, un peu esseulé sans son Huguette restée en ville, a bien failli ne pas avoir sa photo au sommet...


Ça aurait été bien dommage de rater ça !


Un petit rappel et puis s'en va,


Et s'en suit l'interminable descente du vallon pour clore en beauté une des dernières sorties montagne en milieu de semaine de l'année...

vendredi 5 septembre 2014

Cime des Planettes - Traversée S/N

 

Un peu de couenne et de via ferrata un jour de moins beau et notre séjour en Maurienne est déjà presque fini... Mais pas question de repartir sans avoir comme promis emmené la copine Leslie faire son initiation Alpi !

Notre chef de cordée nous choisit donc un itinéraire facile pour ne pas faire peur à la demoiselle, et c'est parti... 


Ah ben non, sens interdit... demi tour? On se moque, mais on a eu droit pour de vrai à cette réflexion d'une randonneuse un peu perdue ;-)


On passe Plan d'Amont en faisant un petit crochet via le refuge de la Dent Parrachée pour saluer Franck et son équipe une dernière fois, et on redescend vers le refuge de Fond d'Aussois, en observant au passage l'itinéraire du lendemain. La cime des Planettes sous le soleil nous fait voir des étoiles !

Vous remarquerez au passage qu'une nouvelle invitée s'est glissée dans la bande... Welcome Rosalie, la vache alpiniste qui commence son acclimatation montagne en attendant de dévaler les pentes de neige cet hiver.

Remplacera t-elle René le Poney -paix à son âme- dans le cœur de Rob ? À suivre dès les premiers flocons ;-)


Le refuge est accueillant, presque trop. Moderne, équipé de sanitaires avec douches et de chambres façon "gîte", il manque un peu de cet esprit cabane qui nous plaît tant.


Mais l'équipe est tout de même fort sympathique ;-)



Rosalie est émerveillée devant un tel paysage,


Elle ne l'avouera pas, mais elle stresse un peu pour sa première course... La lecture assidue du topo la rassurera un peu !
 
 
En tout cas, elle ne se fera pas prier pour manger sa soupe, délice façon dhal mitonné par Lakpa, l'aide-gardien d'origine népalaise.


Départ pas trop tôt, Leslie est chouchoutée pour sa première, et le soleil caresse déjà les arêtes...



 

Rosalie a la patate ! Elle se lance et ouvre la marche...




C'est bien beau tout ça, mais ça fatigue les petites pattes. On est quand même mieux sur les épaules de Rob !


 

Leslie se fait peur juste ce qu'il faut, et nous... on apprécie la balade au soleil ;-)



Rapidement, le sommet est en vue,


Et Rosalie veut bien sûr être la première tout en haut !


C'est bon, tu l'as eu ton quart heure de gloire, Rosalie !


Les mascottes sont un peu jalouses, mais on ne les oublie pas. D'autant plus qu'elles sont rejointes pour l'occasion par Punky le poussin ;-)


La descente se fera sans encombre,


Mais non sans une pointe de nostalgie pour ces chouettes vacances qui s'achèvent, et la fin de l'été qui s'approche...


Mais Rosalie ne s'en fait pas, elle le sait, elle, que plein d'autres aventures nous attendent ;-)

samedi 30 août 2014

Happy birthday à la Pointe de Labby - Arête du Soleil


Je vous préviens tout de suite, vous êtes quittes pour une avalanche de photos ! (et j'en ai piqué un sacré nombre à Rob aussi, merci!
C'est que cette petite course bien sympathique, réalisée dans des conditions toutes particulières, a sans doute été le highlight de notre séjour mauriennais :-)


Les pluies de la veille ont bien chargé les torrents, mais le plan d'Amont est toujours aussi beau.


Partout des petites cascades éphémères dévalent les barres rocheuses,


Mais les poules du refuge de la Dent Parrachée restent imperturbables !


Levés à 4 heures, nous sommes accueillis dehors par un vent glacial. Les -3 degrés relevés ce jour par le gardien ont sans doute été plus proches des -20 en ressenti, et les 3 autres cordées parties ce matin rebrousseront chemin ou n'effectueront que la montée à la Pointe de Labby par la voie normale.

Et nous? Ben on a la patate, alors on y va ! Faut dire qu'on a un petit quelque chose à fêter...


Malgré tout ce vent et ce froid, l'aube nous gâte de ses jolies couleurs, et l'âne de Polset (nuage lenticulaire qui se forme au sommet des montagnes) est bien visible.


De l'autre côté du col de Labby, le soleil pointe. La "balade" sur le glacier dans ces conditions va se révéler magique !



Les nuages remontent vers nous, mais on bénéficie encore de vues superbement dégagées. On en profite !






On mitraille à tout va, et on a la chance de pouvoir observer ce magnifique spectre de Brocken !



Les mascottes quant à elles préfèrent encore rester bien au chaud dans le sac. Le sommet, c'est pas pour tout de suite !


À l'attaque de la partie rocher ! Heu glace? Neige? Des arêtes version mixte écossais, quoi ;-)




Pas question dans ces conditions de quitter les crampons. La grimpe avec les pointes, une grande première pour moi, et j'avoue que ça m'a plutôt bien plu, surtout quand il a fallu ramoner les cheminées ;-)



Il faut dire que mon premier de cordée faisait plutôt bien le ménage avant mon passage ;-)



Très vite, on est rattrapés par les nuages, grosse ambiance, mais notre équipe de choc déroule bien sur l'arête, faut dire que dans ces conditions, on n'a pas trop envie de traîner...



Mais le rocher quand il n'est pas couvert de neige et un vrai régal, et l'itinéraire superbe.



Mais attendez, on dirait bien que ça se dégage? Le soleil revient?


Mais oui ! Et il nous gâtera même d'un second spectre de Brocken !


Et notre arrivée au sommet se fera sous un ciel entièrement dégagé, comme par magie !


Les mascottes en profitent pour se faire tirer le portrait...


Et Huguette en prendrait presque son envol...


Mais la star du jour, c'est Rob, qui fête en beauté ses quelques printemps !


On profite un long moment du sommet, sans pour autant vider totalement l'excellente bouteille de bière offerte par Franck, le gardien du refuge,


Et on finit bien par redescendre, non sans jeter un dernier coup d'oeil à ces jolies arêtes sous le soleil. Ce jour-là j'avoue, moi aussi j'ai un peu eu l'impression de souffler mes bougies...


Mais c'est bien mon acolyte qui fêta son anniversaire !


La descente via le lac du Genepy se révélera des plus bucoliques, entre troupeaux de moutons,


touristes en goguette, et vaches paresseuses.


Et aucun d'entre-eux n'a pu se douter, à voir nos airs guillerets, du quart de ce que nous venions de vivre tout là-haut :-)