dimanche 20 juillet 2014

Le Râteau - Sommet Est, Arête Nord-Est


Au diable l'ordre chronologique, je reviens d'une sortie alpi tellement belle que je ne peux m'empêcher de vous partager ces "quelques" clichés sur le champ ! (et pourtant la barre était déjà bien haute avec les sorties précédentes, c'est dire ;-)

Retour à la Bérarde et dans le Vallon des Étançons, mais cette fois, on passe au cran au dessus :
 

La-bas, tout au fond du vallon, au pied de la reine Meije, notre objectif du jour, le refuge du Promontoire,


perché sur son éperon rocheux.

 
(crédit photo Rob)

C'est une grande première pour Maurice le singe grimpeur, qui rejoint sa pote Huguette la chouette montagnarde pour former une cordée de choc...

(crédit photo Rob)

Pas question de randonner jusqu'au refuge pour nos deux grands sportifs, la directe avec les cables sur la falaise, c'est bien plus fun !


Le Vallon des Étançons est à nos pieds.

(crédit photo Rob)

Et on les accompagne, la terrasse du refuge nous attend !


On l'a bien gagné notre bière au soleil,


Oubliez la télé les gens, c'est là que ça se passe ;-)


On en profite pour repérer l'itinéraire du lendemain : il faudra passer la Brèche de la Meije pour se retrouver de l'autre côté sur le glacier de la Meije et traverser vers l'ouest pour prendre l'arête nord-est avant de rejoindre le sommet est du Râteau. Tout un programme !



Après un mythique plat de lasagnes préparé par Frédi et Nathalie, les très sympathiques gardiens du refuge, on jette un dernier coup d’œil aux montagnes sous le soleil couchant.


Le lendemain, réveil à 4 heures et départ dans le noir, le jour pointe alors qu'on bascule sur le glacier de la Meije. Quelle vue !







On observe le chemin déjà parcouru,


Pendant que le soleil fait une franche apparition. Même si le regel de la nuit a été très moyen, pas de but météo pour nous :-P



Le rocher est en vue, on pourra bientôt passer en mode course d'arête.



Et on peut de nouveau admirer le vallon des Étançons et son glacier,


Et le petit refuge perché qu'on a quitté quelques heures plus tôt.


Alternance de bon rocher et de neige, on garde les crampons, et on en prend plein la vue !




Le sommet n'est plus bien loin...


Summit ! (3809 mètres)

(crédit photo Rob)




Mais la course n'est pas terminée, la descente réserve encore bien du plaisir (ou pas, dans les pentes au regel très médiocre où l'on s'enfoncera jusqu'aux cuisses :-P)


Avouez que ça en jette...


Peu importe où l'on regarde, c'est un festin pour les yeux !


Le vent nous chasse rapidement du sommet, il est temps d'aller s'enfoncer dans la grosse soupe neigeuse pour rejoindre l'arête sud jusqu'à la brèche du Râteau.


De là, de courts rappels nous permettent de rejoindre le glacier de la Selle,


D'où l'on contemple la course du jour, les sommets déjà parcourus pour l'alpiniste chevronné à l'autre bout de la corde, et les projets et les rêves de montagne pour la mémère des Alpes.



(crédit photo Rob)

Le temps se couvre, mais les paysages n'en sont pas moins beaux !


On quitte la neige pour un espace beaucoup plus minéral, et une pause bien méritée au refuge de la Selle.


Avant l'interminaaaable retour, par le loooooooong vallon de la Selle,


À peine divertis par le troupeau de moutons rencontrés en chemin (la jolie bergère aura fait plus forte impression à nos marcheurs du jour ;-) on rejoint enfin le parking de Saint-Christophe en Oisans, puis la Bérarde où l'on se doit de célébrer une si belle sortie en si bonne compagnie autour d'une bonne bière fraîche !

mardi 8 juillet 2014

L'alpi, c'est parti !


Vous commencez à me connaitre, quand la mémère se prend de passion pour une activité, elle y va à fond. C'était écrit, l'alpinisme ne dérogera pas à la règle...

Direction la Bérarde et le refuge du Chatelleret pour une jolie course très peu parcourue, avec des amoureux de l'Oisans sauvage. Pour une première, je n'aurais pas espéré mieux!


Et oui, mes petites jambes de mémère auront bien réussi à suivre ces grands échalas tout le weekend ;-)


On remonte le vallon des Étançons jusqu'au refuge, en imaginant les futures courses au fur et à mesure qu'on passe les sommets.


Et bien vite, le refuge est en vue. Pas le temps de niaiser, on dépose le superflu, on pique-nique, et on va se dégourdir les "grosses" (= les chaussures d'alpi) sur les falaises...


La voie facile Pour ma P'tite Julie est parfaite pour s'occuper l'après midi avant la course du lendemain. Je prends mes marques, je découvre l'adhérence avec mes grosses chaussures, et je m'éclate !


Et la vue est pas mal non plus...


On aime ça la dalle en grosses...



Les tablées du refuge sont au spectacle !



Retour au refuge et après un bon diner, on prend quelques minutes pour observer le soleil décliner sur les sommets environnants,


La reine Meije en toile de fond. 

Mais en ce 21 juin, pas le temps de fêter la musique ou le solstice d'été, demain le réveil sonnera à 4h00, vite au lit ! 


Le lendemain, après une marche d'approche sous le halo des frontales, on rejoint la base de l'arête SW du Bonnet des Cavales au lever du jour.


Avec ses 800m de déroulé, l'objectif est ambitieux pour nos deux cordées moitié débutants, moitié montagnards aguerris.




Ce weekend sera dalleux ou ne sera pas !


L'itinéraire du jour se déroule sous nos yeux, jusqu'aux pentes terminales neigeuses en haut à droite.


Malheureusement le regel est très mauvais et attaquer la descente de pentes raides dans ces conditions n'est pas une bonne idée. La météo n'étant pas non plus de notre côté, nous déciderons donc d'écourter notre course et de descendre à 200 mètres du sommet.



Aucun regret cependant, une magnifique course en si bonne compagnie, je suis définitivement conquise !





La Bérarde, le paradis sur terre :-)