lundi 20 avril 2015

Rando au pays des marmottes



Le printemps est vraiment là et on bascule définitivement vers les beaux jours : les envies de neige se font moindre, mais le besoin d'explorer la montagne est toujours aussi fort !

Ayant eu vent des bonnes conditions pour ce grand classique de l'Oisans, je n'ai pas eu de mal à convaincre quelques amis de me suivre avant que la foule des beaux jours n'envahisse les lieux.


On part du pittoresque hameau de la Danchère pour une rapide ascension vers le lac. On peut facilement prolonger la rando, mais l'objectif du jour était ailleurs : marmottes, lac et fun !



Verdure et petites fleurs, autant j'aime la neige, autant ça fait plaisir de voir la nature renaître !



Le sentier est entièrement dégagé, à l'exception de cette ancienne coulée qui se franchit aisément.


Chamois ! Cadeau bonus de cette sortie, nous en observerons tout au long de la journée sur les pentes surplomblant le sentier et le lac.

 


Les insectes sont aussi là en nombre, et ils ont revêtu pour l'occasion leurs plus belles couleurs.


Le sentier serpente au milieu de nombreux petits torrents, et la végétation est luxuriante.



Ce sentier est très bien aménagé, ce qui fait de cette courte randonnée une favorite des familles,


avec un dénivelé quand même honnête de 560 mètres.



Passé le verrou, on sent que l'objectif n'est pas loin, mais on fait durer le plaisir en serpentant entre les gros rochers à la recherche de nos petits mammifères montagnards mangeurs de bâtons préférés...






Et nous ne tarderons pas à les apercevoir, les coquines ! Mais elles se méritent un billet à elles toutes seules, à suivre...


De l'eau, partout ! Et bientôt, le clou du spectacle...


Le lac, immense réservoir lové au creux des hautes montagnes. Le Lauvitel, concentré d'h2o qui se suffit à lui-même puisque lau = lac et vitel = eau, et qui n'a donc nul besoin qu'on lui adjoigne le terme "lac".


Le ciel est un peu laiteux et je ne maîtrise pas encore les réglages de mon appareil, mais quelle splendeur !


Et comme si les montagnes n'étaient pas assez belles, c'est doublement qu'on en profite grâce aux reflets de ces eaux cristallines !


On poursuit la visite des environs,



Et si les cabanes locales sont plutôt sympas,


c'est définitivement la vue sur le lac qui a la vedette !


Une brise se lève, les reflets sont brouillés, approchons de plus près...





Quelle couleur ! La pureté, la profondeur (68 mètres) du lac et tout un tas d'explications scientifiques sont à l'origine de cette teinte émeraude, mais peu importe ce qui se cache dessous, c'est tout simplement magnifique.




De l'autre côté du lac se cache la réserve intégrale du Lauvitel, interdite au commun des randonneurs, elle permet de protéger et d'étudier des espèces représentatives au sein d'un habitat vulnérable.


L'eau est bien fraîche, et la baignade interdite, ce qui n'empêchera pas un groupe de jeunes resquilleurs d'y plonger allégrement et bruyamment...



Marguerite est de sortie, et elle s'est mise en tête de libérer ce cygne de glace de son emprise rocheuse.


Liberté !


Vous l'aurez compris, au lac, on rigole et on se détend ! La quiétude des lieux inspirant même la mémère à se risquer dans une posture de l'arbre sur un îlot rocheux. Ôôôôm :-)


Malheureusement l'heure tourne, et comme toujours il faut se résoudre à retourner vers la grosse ville...


Non sans jeter un dernier regard au joyau dans son écrin(s),


et en évitant les pièges !





Un dernier regard vers les montagnes,


Et on rejoint les sous-bois pour une agréable descente.



La plaine du Bourg d'Oisans profite des derniers rayons du soleil,


Et j'en profite pour voler un dernier aperçu des sommets !


Les skis sont bien rangés, et même s'il me reste quelques billets d'hiver à vous montrer, la saison des randos à pattes a désormais remplacé celle des spatules.


Eh, dites, y'a un gîte à vendre dans le hameau, ça vous dirait pas de vous cotiser pour la mémère ?