mercredi 20 août 2014

Tirelipompon en Vanoise


Et voilà, départ pour les vacances, on change de crèmerie, allons tâter le rocher mauriennais, direction Aussois !


On commence en beauté avec la destination du jour : le Refuge de la Dent Parrachée qui deviendra quasiment notre deuxième maison pour la semaine...


On s'élève tranquillement au dessus de Plan d'Amont,


Le fond d'Aussois n'est pas loin, mais ce n'est pas pour aujourd'hui !


Après un véritable déluge nocturne, le soleil est encore timide,


Ce qui n'empêche pas les marmottes de se dorer tranquillement la pilule au moindre rayon...


On va poser les sacs au refuge, mais on jette déjà un coup d'oeil à notre terrain de jeu du jour : la grosse molaire du Grand Châtelard sèche aussi en nous attendant.


Le refuge de la Fournache semble tout aussi accueillant, mais il nous faut poursuivre notre chemin !



Encore quelques lacets et nous atteignons la maison du bonheur. N'hésitez pas à y faire un tour, Franck et son équipe vous y accueilleront les bras ouverts (et toujours prêts à dégainer blagues et génépy ;-)


Après une petite pause pique nique, on reprend la route direction le Grand Châtelard en ouvrant au passage une variante pour la marche d'approche qui nous vaudra au retour au refuge quelques gentilles moqueries :-P


Tirelipompon nous attend: ma première grande voie "de grande", 8 longueurs côtées AD+, et grimpées en grosses s'il-vous-plait !


 



Un bon rocher bien homogène et prisu, quelques pas un peu plus fins pour le fun, et déjà le sommet se profile...


Et un de plus pour les mascottes !


Sur fond de ciel tourmenté, la Dent Parachée, reine de la vallée, en impose carrément !


De nouvelles aventures nous attendent très vite mais ce soir-là c'est apéro prolongé et soirée mémorable au refuge animée par Franck en forme olympique... Ce qui se passe à la Dent Parrachée, reste à la Dent Parrachée ;-)

Vous croyiez pouvoir y échapper? Eh ben non, je l'ai eu dans la tête toute la journée...

lundi 18 août 2014

Pointe Trifide - Traversée des arêtes SE/NW

 

Nous vous prions de nous excuser pour cette interruption momentanée des programmes...

Une vraie parenthèse enchantée de 10 jours complets en montagne histoire de couper totalement du quotidien et de repartir sur une nouvelle dynamique. Et une masse de billets alpi à venir !


On commence en beauté avec une course d'arête méconnue qui gagne vraiment à être connue. Direction La Grave pour un itinéraire à la journée...


C'est quasiment de l'alpi pour paresseux : moins de 30 mn de marche d'approche grâce au téléphérique qui nous monte tout là-haut sur le glacier de la Girose.
 

Pour ma première course AD voire AD+, de la bonne grimpe en perspective !


 


La Reine Meije comme toile de fond,


Et du gaz à tous les étages !


Grimpe au soleil et en excellente compagnie,



C'est aérien pour sûr !



Mais ça n'a pas l'air d'inquièter grand monde ;-)


Carrément vertigineux quand même les désescalades et les traversées avec tout ce vide !




Mais déjà le sommet se profile,


Un dernier coup d'oeil sur le chemin parcouru,




Et les mascottes ont droit à leur désormais traditionnelle photo sommitale, et nous on décapsule la bière : notre Rob national est passé encadrant alpi officiel !

 

Et à ce titre, il désapprouve totalement la technique de descente spéciale mémère... En bonne sudiste que je suis, j'ai encore des progrès à faire dans la neige ;-)

jeudi 7 août 2014

Aiguilles d'Entre-Pierroux - Arête des Papillons


Pour cette nouvelle course (pré-pause cheville, donc) préparez-vous à une avalanche de photos ! Et oui, si les nuages au départ ne laissaient rien présager de bon, la suite a été tout bonnement magique et il est juste impossible de ne sélectionner qu'une poignée de photos. J'essaierai donc de réduire le blabla (ça commence mal...)


Le terrain de jeu du weekend, notre Oisans d'amour, et notre direction du jour, le refuge de la Lavey.



De Champhorent, on s'élève rapidement vers le hameau de la Raja, avant de remonter tranquillement le vallon de la Lavey.




Pas le temps de fatiguer que le refuge est déjà en vue !



Comme un air de petite maison dans la prairie...


Pique-nique au soleil avant de prendre un peu de hauteur pour un cours magistral donné par le professeur Rob ;-)


Révision des manip de cordes, encordements, pose de coinceurs...


Et une bonne occasion de se dérouiller la cheville...


On se concentre, mais ça n'empêche pas d'apprécier le paysage !


Retour au refuge, c'est l'heure de l'apéro, et une petite séance de toboggan au passage. C'est bon pour la cheville aussi. Si si !


Au repas, notre bande d'associaux se retrouve exilée dehors, faute de place dans la salle à manger... Dehors, oui, mais avec un traitement grand luxe : couvertures, du rab à gogo et gardiennes aux petits soins.


Et pour une fois j'ai pensé à vous ramener des photos du repas. Soupe de pois cassés à tomber, et blanquette de poisson aux céréales. Grand luxe, je vous dis !


Mais on est pas là que pour se goinfrer! Dimanche matin, 4 heures, on est au taquet. Enfin surtout A2, qui se lance ce jour pour la première fois en tête de cordée.


Notre objectif du jour : l'arête des Papillons.


On s'élève tranquillement au dessus du lac des Bèches,


Pendant que le soleil émerge sur les sommets.


Ça commence pépère dans le terrain à chamois...


Mais on arrive très vite aux choses sérieuses, dans du bon rocher tout du long.



Au son des séracs qui s'écroulent en face,


On profite de notre ascension, des vues magnifiques et des conseils avisés de notre chef de cordée.



Vue plongeante vers le refuge, là tout en bas !


Ça n'est jamais trop aérien mais ça en jette quand même,


Et ce ciel bleu qui ne nous quittera pas de la course !

 


Le lac des Bèches se réchauffe doucement ...


Et les photographes jouent d'ombre et de lumière.

 



 
 

Ça n'en peut plus d'être beau au fur et à mesure qu'on avance,


Mais on touche au but, la fin est proche,



Avec un final en apothéose,


Où l'on n'oublie pas d'immortaliser les mascottes, Graou le caribou s'étant joint à nos fidèles compères pour l'occasion.


Un dernier coup d'oeil vers les sommets,


Que déjà il nous faut attaquer la descente. À pied version canard (aïe les cuisses) pour les 100% valides, en rappel pour la mémère handicapée...


Ça parait pourtant pas bien méchant de là...


On rejoint les moutons qui se font dorer la pilule au soleil. Sur les névés, WTF ?


Avant de rejoindre les autres moutons randonneurs qui se font dorer la pilule sur les bords du lac.


Petite pause rafraichissante pour certains (enfin pour un tout seul, les filles ont fait les poules mouillées. Enfin, pas mouillées, du coup :-P) avant la descente au refuge et la traditionnelle bière avant le retour à la voiture.

Pour conclure, petit clin d'oeil à mon hiking buddy canadien C. : vive l'happynisme :-)